Auteur :
Publié le :
13 novembre 2020
Catégories :

Jean Nocques, chef d’entreprise du Grenier à Jambons


Jean, peux-tu nous décrire en quelques mots ton activité et nous expliquer depuis combien de temps tu la pratique ?

En fait je suis éleveur et producteur de cochons élevés sur paille ! Le Grenier à Jambons existe depuis 2012. C’est une filière très courte puisqu‘on élève nos cochons qu’on transforme et confectionne selon des recettes traditionnelles de grand-mères. Nos produits sont ensuite vendus dans notre boutique, ici, sur le marché de Saint-Girons le samedi matin et dans notre restaurant à Rimont : Le Relais du Grenier à Jambons.

As-tu pratiqué ce métier avant et pourquoi le faire ici ? Avant le Grenier à Jambons, j’étais salarié dans une entreprise dans le secteur du fromage. Ce qui m’a fait arriver dans cet univers, c’est la beauté du cheminement de l’élevage jusqu’à la transformation.

Qu’aimes-tu le plus dans ce cadre de vie et de travail en Couserans ? Les relations privilégiées avec nos clients du fait de travailler en direct avec eux dans le Couserans : sur le marché, au restaurant, dans notre boutique. Et puis de réaliser des recettes traditionnelles avec l’assurance d’avoir des cochons heureux !
À titre personnel, je suis aussi très content d’être proche de mes salariés : aujourd’hui nous pouvons dire que notre structure est une structure familiale et d’ailleurs, tous nos salariés sont actionnaires de l’entreprise.

Quel est pour toi le « bon plan », ton conseil personnel, concernant le Grenier à Jambons ?
Sans hésiter, je réponds le jambon de pays, et la saucisse fraîche !

Peux-tu nous faire le récit d’une expérience forte récente ? Ce qui me plaît beaucoup, c’est quand les clients, de passage surtout, nous disent : « On veut vraiment vos produit sur notre table, comment fait-on pour les avoir sur notre table dans toute la France ? ». Du coup on réfléchit à de nouvelles façons de travailler et notamment avec des transporteurs frigo pour livrer le particulier dans toute la France.

Un mot qui vous vient tout de suite, là, après cet échange ? La convivialité ! C’est l’avantage de travailler dans une petite région comme le Couserans… on se connaît tous, on a des affinités, on est tous “aux petits soins” les uns des autres et donc la convivialité c’est le mot le plus important pour moi!