Saint-Lizier

Exposition de tableaux au pastel sec

Exposition de l'artiste Annick Le Berre au Centre Hospitalier Ariège Couserans

« Dessiner au pastel est une technique qui était très utilisée à la renaissance en France et en Italie pour rehausser les dessins exécutés à la pierre noire et la sanguine. En réalité et sous une forme plus rudimentaire, le pastel a toujours existé, il est composé de pigments naturels agglomérés à du talc, une poudre de couleur à l’état pur comme ceux à base de terres d’ocre jaune et rouge qui ornent les parois des grottes préhistoriques. L’âge d’or du pastel se situe en 1665 et fait même partie des épreuves d’entrée à l’Académie de peinture, il devient officiellement l’égal de la peinture, de la sculpture et de la gravure.

Autodidacte, j’ai appris le dessin en commençant par illustrer la marge de mes copies de français au collège. Puis j’ai pris des cours avec une géniale professeure américaine Place Clichy à Paris dans une usine désaffectée glaciale où des bassines récupéraient le goutte à goutte des eaux de pluie qui s’écoulait du toit en zinc. Dans ce décorum atypique trônait un superbe piano noir, nous dessinions avec des mitaines en hiver des sujets en place qui changeaient de pauses souvent… trop souvent, surement à cause du froid, sur des mazurkas que nous jouait un pianiste… souvenir inaltérable.
Ensuite j’ai peint à l’huile, à l’acrylique, tenté les lavis et enfin le pastel. Je dessine avec les doigts de la main droite pour dessiner le blanc, j’utilise les 2 mains en même temps pour nuancer le blanc. Le tout en musique naturellement, une habitude.

Pour cette exposition Miles Davis, John Coltrane, David Garret m’ont accompagnée musicalement durant mes réalisations. Parmi les personnages forts qui ont marqué ou marquent encore le jazz, le classique, le rock, certains ne se laissent pas toujours facilement dessiner, il faut les « rencontrer ». Et même si le dessin figuratif est exigeant et codifié, c’est sous l’impulsion et l’instinctivité que je le pratique quitte à revenir plus tard dessus pour préciser des détails. Cette rencontre avec le personnage révèle bien souvent des secrets sur soi et le sujet. Il n’est d’ailleurs pas très facile de se défaire d’un dessin qui a procuré des émotions…

Je dis un grand merci à Jean-Claude Thieule, Directeur du CHAC et Sandrine Coummailleau de m’accueillir dans ces très beaux espaces d’accueil au public de l’hôpital. »

Annick Le Berre

Date

Tarifs

Gratuit