L’eau est présente partout en montagne, elle est l’élément qui inonde de vie ces paysages parfois si rudes. Elle est étendue calme, comme torrent fougueux. Les lacs et les cascades sont des objectifs de rando vécus comme des récompenses, par leur beauté et par cette force vitale si attirante.

Voici quelques lieux à ne pas rater…

L’étang d’Araing

Dans les eaux calmes et transparentes de l’étang d’Araing se reflètent l’impressionnant Pic du Crabère.

La montée à l’étang d’Araing regorge de résurgences dues au fait que les masses de glace de cette vallée fluvio-glaciaire n’ont pu s’écouler normalement vers la vallée. Le sentier qui s’élève dans la brume au-dessus des gorges se poursuit à découvert après la cabane d’Illaou pleine pente en rive gauche du torrent de l’Izard et traverse tout le versant Ouest du Pic de l’Har aux falaises saisissantes.
On avance les yeux grands ouverts et on voit ce qui ressemble à un barrage. Un immense rempart de 230 mètres construit en 1935 rehaussant un lac naturel de 32 hectares d’une profondeur de 42 mètres, un ancien glacier.

La cascade d’Ars

Une des plus belles cascades des Pyrénées, haute de 246m en 3 étages successifs.
Évidemment la meilleure saison est au printemps, mais la reine de nos chutes d’eau reste admirable toute l’année.
Voici 3 différentes manières de l’approcher : en randonnée aller-retour, en randonnée en boucle, ou en parcours de trail !

La Cascade d’Ars
C’est une de mes balades favorites et je l’inscris sur mon calendrier chaque année. La cascade jaillit au sommet de la falaise pour faire un premier saut de 90 m et ensuite, elle drape les roches dans un écrin de verdure. Hervé, expert local à Aulus.

L’étang de Lers

Entre Massat et Aulus-les-Bains, sur la commune du Port, se trouve ce bel étang à l’orthographe incertaine selon les époques. Il a pourtant donné son nom à une roche d’un joli vert, la Lherzolite, qui affleure sur ce site pyrénéen typique. L’étang est un parcours de pêche bien connu des amateurs de truites, mais aussi un secteur de départ de belles randos pour l’admirer de plus haut.

J’aime la magie de ce lieu, calme et blanc l’hiver, coloré d’un tapis mauve de gentianes dès le printemps et juste accompagné du bruit des sonnailles des vaches en été qui me rappelle la période pendant laquelle je gardais les moutons en estive.  
Dans ce lieu, j’y vais avec des amis et nos enfants pour pique-niquer au bord de l’étang, mais aussi pour faire la boucle du Pic des Trois Seigneurs en marchant. Mais ce que je préfère, c’est monter avec mon fils en marchant jusqu’au Mont Ceint et ressentir la satisfaction d’être arrivés au sommet et redescendre en courant sur le sentier, la joie d’être là sur nos visages.
Bénédicte

La cascade d’Arcouzan par la vallée d’Estours

Les cascades sont plutôt connues pour leur folie tapageuse qui projette des flots d’écume au ventre du ciel sans complexe ni retenue. Pourtant il en existe certaines plus discrètes avec une modestie toute relative. La cascade d’Arcouzan qui se jette dans le ruisseau d’Artigues et de l’Estours en fait partie, elle est droite et polie, bien loin de ses cousines délirantes.

Du haut de ses 80 mètres, elle prend sa source dans l’unique glacier de l’Ariège du même nom et sans fioritures elle descend dans une parfaite verticalité en deux fuseaux sur la roche brune tel un ruban de satin.

© @garyphr

Seulement on l’entend hurler de très loin parce que sa chute est cinglante et sans appel. Ce jour où j’y suis montée pour la première fois, je bus dans le creux de mes mains son eau cristalline à la saveur noisette dans un petit réservoir naturel à son pied. Un délice de fraîcheur, face à ce cirque aux couleurs pâles d’un début d’été, le ciel bleu en prime…

Le lac de Bethmale

Le lac de Bethmale, c’est le petit bijou du Couserans, sa couleur émeraude et sa forme en cœur en ferait un joli pendentif. Ce lac n’est pas immense… il est juste beau, les lieux incitent à la zénitude, à la décontraction, je dirais même qu’il apaise les tensions… Chaque saison l’habille d’une nouvelle tenue, mais que ce soit le vert tendre du printemps ou le blanc de la neige, l’atmosphère reste si paisible.

Accessible en voiture, un parking vous accueillant en contrebas du Col de la Core, il est une idée de balade contemplative, puisque faire le tour du lac vous prendra une quinzaine de minutes. Ce lac est très prisé pour la pêche et les pique-niques ombragés en famille pendant l’été !

A voir absolument, à écouter (seul ou en famille), à respirer, à méditer !